La SCOP Ordi Solidaire entend contribuer au développement de la filière dans les régions PACA et Languedoc
Roussillon en mettant à disposition les connaissances et compétences acquises dans les domaines du portage de
projet, de la modélisation économique et dans le savoir-faire du réemploi informatique.

Partenaire de l’éco-organisme Ecologic France, la SCOP entretient des relations avec Eco-systèmes via sa participation
nationale au programme Ordi 3.0.

En régions PACA et Languedoc Roussillon, le pôle Interrégional initial porté par l’association une Idée Derrière
l’Écran basée à Arles a cessé son activité. Pour répondre aux problématiques du réemploi, à la création d’emploi en
insertion et apporter des solutions à la fracture numérique sur le territoire, l’Agence du Numérique a confié la reprise du
Pôle Ordi 2.0 sur les deux régions à la SCOP Cévennes Libres via son programme Ordi Solidaire.

Afin de développer la filière du réemploi informatique dans un cadre d’ESS en région, la SCOP propose la mise
en réseau des acteurs en régions PACA et Languedoc Roussillon.

Le périmètre géographique s’explique par le bassin naturel de collecte entre les agglomérations de Montpellier – Nîmes
et d’Aix – Marseille et par les voix d’accès nombreuses du couloir rhodanien. Les deux éco-organismes en charge de la
filière des DEEE informatiques ménagers et professionnels ont d’ailleurs retenu une organisation territoriale similaire sur
la quart Sud-Est de la France.

La SCOP Cévennes Libres / Ordi Solidaire, Pôle Ordi 3.0, intervient dans le cadre des appels à projet Économie
Circulaire en région Occitanie et Filidéchet en région PACA. Elle propose une mise en synergie des acteurs, de
développer les études nécessaires au développement de la filière, à l’identification des opérateurs, des personnes et des
organismes ressources mais aussi de procéder à l’animation de la filière.

L’idée est de permettre l’émergence de nouveaux opérateurs sur les territoires non couverts et d’accompagner les
opérateurs existants, de travailler ensemble à une meilleure une rentabilité économique, une efficience dans le captage
et le traitement des flux. Il s’agit également de veiller au respect d’un ensemble de bonnes pratiques garantissant une
qualité filière.

Par la mutualisation, il est possible de faciliter l’accès aux ressources, de contribuer à un maillage territorial et de
développer des réponses adaptées pour l’ensemble des flux (ménagers, assimilés, professionnels), de faciliter la
diffusion du matériel réemployé en développant des solutions répondant aux besoins utilisateurs.

Cette approche innovante permettra de rationaliser la filière dans de nombreux domaines et d’améliorer l’impact sur les
déchets finaux. D’ores et déjà, il est possible de proposer les synergies suivantes :

  • Intégration logistique : inciter les détenteurs à recourir à des moyens logistiques prévoyant le réemploi. Utiliser des
    caisses normées plutôt que des bennes ou du vrac détériorant le matériel par un mauvais conditionnement,
  • Intégration du développement durable : apporter des solutions multiples de réemploi quel-qu’en soit l’origine (ménager /
    assimilés / professionnels) et communiquer sur les bonnes pratiques en direction des détenteurs.
  • Intégration de garanties : garantir un effacement des supports de données aux donateurs, garantir une traçabilité du
    matériel et le respect de la réglementation tout au long du processus du réemploi.
  • Innovation sociale : développer des process permettant à des salariés en insertion de se former puis de s’investir dans
    la production et la commercialisation
  • Innovation économique : développer des solutions optimisées de réemploi en masse permettant d’atteindre
    l’autofinancement
  • Innovation environnementale : prolonger la durée de vie du matériel par le réemploi et une conception intégrée
    permettant de répondre aux besoins utilisateurs tout en économisant des ressources matériels.